S'abonner à un flux RSS
 

Eau virtuelle (HU) : Différence entre versions

De Wikibardig
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
<u>Dernière mise à jour</u> : 04/02/2022
 
<u>Dernière mise à jour</u> : 04/02/2022
  
Le concept d’eau virtuelle, défini par Tony Allan en 1993 (Allan, 1993), correspond à l’eau nécessaire à une production agricole ou industrielle (''figure 1'').
+
Le concept d’eau virtuelle, défini par Tony Allan en 1993 (Allan, 1993), correspond à l’eau nécessaire à une production agricole ou industrielle (''figure 1'') ; on utilise également la notion d'"empreinte eau".
 
   
 
   
  

Version actuelle en date du 30 septembre 2022 à 17:07

Traduction anglaise : Virtual water

Dernière mise à jour : 04/02/2022

Le concept d’eau virtuelle, défini par Tony Allan en 1993 (Allan, 1993), correspond à l’eau nécessaire à une production agricole ou industrielle (figure 1) ; on utilise également la notion d'"empreinte eau".


Figure 1 : L'eau cachée dans chaque objet ; Source : physique chimie collège.

[modifier] Intérêt de la notion d'eau virtuelle

Ce concept pointe le fait que l'on consomme beaucoup plus d'eau pour la production de produits agricoles ou manufacturés que l'on en consomme directement. Il devrait donc intervenir dans le bilan hydrique d’une région ou d’un pays et induire des comportements politiques. Par exemple, un pays dans les ressources en eau sont faibles n’a pas nécessairement intérêt à exporter des produits nécessitant de grandes quantités d’eau. A titre d'exemple, 80% des flux d’eau virtuelle sont liés au commerce des produits agricoles (Source : Unesco).

Voir aussi : Gestion intégrée des ressources en eaux (HU)

Bibliographie :

  • Allan, J.A. (1993) : Fortunately there are substitutes for water otherwise our hydro-political futures would be impossible ; In: ODA, Priorities for water resources allocation and management, ODA, London, 1993, pp. 13-26.

Pour en savoir plus :

Outils personnels