S'abonner à un flux RSS
 

Ruissellement (HU) : Différence entre versions

De Wikibardig
 
(3 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
''<u>Traduction anglaise</u> : Overland Flow''
+
''<u>Traduction anglaise</u> : Overland Flow''
 +
 
 +
<u>Dernière mise à jour</u> : 29/06/2022
 +
 
 +
Écoulement sur le sol d'une partie de l'eau précipitée.
 +
 
 +
==Phénomène physique==
  
 
En cas de pluie, une partie variable de l’eau précipitée est prélevée par la végétation, comble les dépressions du sol ou son déficit en humidité. La partie qui n’est pas perdue s’écoule à la surface du sol, soit en [[Lame mince (écoulement en) (HU)|lame mince]], soit dans de petites rigoles. Cette partie du cycle de l’eau, qui prend théoriquement fin lorsque l’eau atteint un cours d’eau, un plan d’eau ou un ouvrage artificiel de collecte constitue le ruissellement en surface proprement dit.
 
En cas de pluie, une partie variable de l’eau précipitée est prélevée par la végétation, comble les dépressions du sol ou son déficit en humidité. La partie qui n’est pas perdue s’écoule à la surface du sol, soit en [[Lame mince (écoulement en) (HU)|lame mince]], soit dans de petites rigoles. Cette partie du cycle de l’eau, qui prend théoriquement fin lorsque l’eau atteint un cours d’eau, un plan d’eau ou un ouvrage artificiel de collecte constitue le ruissellement en surface proprement dit.
 +
 +
==Eau pluviale et eau de ruissellement==
 +
 +
Le rapport du CGEDD (Roche ''et al'', 2017) distingue sur le plan réglementaire les eaux pluviales et les eaux de ruissellement:
 +
* « ''Les eaux pluviales, en milieux urbain et péri-urbain, sont définies comme la partie des eaux issues de précipitations dont l’écoulement est pris en charge par des dispositifs dédiés (infiltration, transfert, stockage, etc.). Elles sont en interaction permanente avec les eaux souterraines et les autres réseaux ;''
 +
* ''Les eaux de ruissellement sont définies non pas à partir d’un processus physique d’écoulement sur une surface mais comme la partie de l’écoulement qui n’est pas « gérée » par un dispositif dédié.'' »
 +
 +
Cette distinction est importante dans le cadre de la compétence GEMAPI, même si elle est parfois difficile à établir.
 +
 +
<u>Bibliographie</u>
 +
* Roche, P.A., Velluet, R., Aujollet, Y., Helary, J.L., Le Nouveau, N. (2017) : Gestion des eaux pluviales : 10 ans pour relever le défi ; Rapport Technique Conseil Générale de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) ;  Disponible sur : https://cgedd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/Affaires-0008967/010159-01_rapport-publie_tome1_synthese_diagnostic-propositions.pdf;jsessionid=68117E81D8E689F3BF6A01719FF00537
  
 
[[Catégorie:Dictionnaire_DEHUA]]
 
[[Catégorie:Dictionnaire_DEHUA]]
 +
[[Catégorie:Transformation_pluie-débit_(HU)]]
 +
[[Catégorie:Généralités_hydrologie_(HU)]]

Version actuelle en date du 29 juin 2022 à 12:00

Traduction anglaise : Overland Flow

Dernière mise à jour : 29/06/2022

Écoulement sur le sol d'une partie de l'eau précipitée.

[modifier] Phénomène physique

En cas de pluie, une partie variable de l’eau précipitée est prélevée par la végétation, comble les dépressions du sol ou son déficit en humidité. La partie qui n’est pas perdue s’écoule à la surface du sol, soit en lame mince, soit dans de petites rigoles. Cette partie du cycle de l’eau, qui prend théoriquement fin lorsque l’eau atteint un cours d’eau, un plan d’eau ou un ouvrage artificiel de collecte constitue le ruissellement en surface proprement dit.

[modifier] Eau pluviale et eau de ruissellement

Le rapport du CGEDD (Roche et al, 2017) distingue sur le plan réglementaire les eaux pluviales et les eaux de ruissellement:

  • « Les eaux pluviales, en milieux urbain et péri-urbain, sont définies comme la partie des eaux issues de précipitations dont l’écoulement est pris en charge par des dispositifs dédiés (infiltration, transfert, stockage, etc.). Elles sont en interaction permanente avec les eaux souterraines et les autres réseaux ;
  • Les eaux de ruissellement sont définies non pas à partir d’un processus physique d’écoulement sur une surface mais comme la partie de l’écoulement qui n’est pas « gérée » par un dispositif dédié. »

Cette distinction est importante dans le cadre de la compétence GEMAPI, même si elle est parfois difficile à établir.

Bibliographie

Outils personnels