S'abonner à un flux RSS
 

Wikibardig:Eléments naturels participant au système de protection contre les inondations

De Wikibardig
Version du 18 février 2019 à 11:50 par Huguette Felix (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Sommaire


Des éléments naturels peuvent aussi participer au système de protection (tertres, marais, cordons dunaires, plateformes rocheuses, berges hautes, coteaux,promontoires rocheux …) Au-delà des ouvrages dont la vocation affichée est la protection contre les inondations, dans de nombreux cas un système de protection ne peut jouer effectivement son rôle qu'en association avec des autres éléments, naturels tels que :

Les tertres

Un tertre est une butte ou large partie de terrain (naturelle ou en remblai) non inondable (ou très rarement), faisant partie du système de protection, et présentant un risque de brèche généralement négligeable du fait de sa grande largeur.

Tertre-Systeme de protection du cal d'Orléans.jpg

Le système de protection du val d’Orléans, ouvert à l’aval pour le passage du Loiret (fond de carte IGN)

Les dunes

Les dunes sont des éléments d’origine naturelle formant une protection de plage non rigide et créée sous une action combinée du sable, des vents et de la végétation. Les dunes se développent souvent avec une obstruction initiale sur la plage qui diminue la force des vents, provoquant le dépôt et l’accumulation des grains de sable.

Beaucoup de systèmes de défense côtier utilisent des configurations associant des digues et des murs anti-submersion dans les zones densément peuplées et des dunes dans les régions peu peuplées.

De nombreuses digues en domaine maritime résultent ainsi d'anciennes dunes qui ont été progressivement urbanisées au fur et à mesure de l'urbanisation du littoral immédiat. Le résultat est une structure complexe, à la fois en terme technique mais également en terme de propriété et de responsabilité.


Dune.png

Dune anthropisée devenue ouvrage de protection (Schéma R. Tourment)

L’érosion éolienne est surtout sensible sur les ouvrages littoraux en sable du fait de la présence de vent forts fréquents créant un déplacement du sable. Ce phénomène est prépondérant sur les dunes naturelles il est donc important de le prendre en compte pour les dunes intégrées à un système de protection par endiguement.

D’autres facteurs peuvent participer à la défaillance d’une dune :

  • Les circulations piétonnes qui entraînent des points bas par érosion et entraînement du sable ;
  • La présence de tranchée avec un sol moins compact ;
  • La présence de réseaux enterrés qui peuvent être la cause d’écoulements préférentiels.

Les tempêtes, au travers de l’action des vagues et de hauts niveaux d’eau peuvent être à l’origine de la destruction des dunes.

La présence de végétation est un élément essentiel de la résistance de la dune à l’érosion. Certains types de végétation peuvent être développés pour aider au maintien du sable des dunes, de même des brises-lames détachés peuvent être utilisés pour aider au rétablissement du sable des dunes perdu lors des événements de tempête ou de fort niveau d’eau.

Fonctions dans le système de défense

Les dunes servent de digues pour réduire le risque d’inondation des propriétés côtières durant les surcotes de tempêtes et les états de mer extrêmes. Cependant, contrairement aux digues, les dunes sont en temps normal des éléments sacrificiels en remblais sur la plage et sont supposés s’éroder en présence de vagues et niveaux d’eau extrêmes. Il s’agit d’une différence importante de fonctionnement et de performance entre les dunes et les digues. Les dunes constituent également des réservoirs de sable pour alimenter les plages érodées.

Exemple de défaillance

Le cordon dunaire à l'ouest de la Faute sur mer n'est pas une digue à proprement parler mais constitue un élément naturel constitutif du système de protection des zones habitées. Ce cordon large de quelques dizaines de mètres est traversé par les piétons qui se rendent sur la plage, créant ainsi des points bas par érosion et entraînement du sable. Lors de la tempête Xynthia ce cordon a connu deux ruptures dont l'une à l'endroit de l'accès principal à la plage. A cet endroit existaient non seulement un passage piéton mais également des réseaux (notamment électriques) qui alimentaient probablement quelques constructions commerciales légères à usage estival. La rupture à cet endroit est probablement due à l'existence d'un point bas (passage piéton) qui a concentré les premières surverses. La présence d'une tranchée avec un sol moins compact et la possibilité d’écoulements préférentiels le long des réseaux ont pu constituer des facteurs aggravants dans la formation de la brèche.


CordonDunaireLaFauteSurMer.jpg

Rupture-Cordon-Dunaire-Faute sur Mer.png

Passage piéton engendrant un point bas sur la dune Brèche dans la dune lors de la tempête Xynthia, au droit d'un passage piéton ainsi que de câbles et d’une conduite – Source Irstea. (ILH)

Autres éléments naturels

D’autres éléments naturels tels que les massifs rocheux et les extrémités des coteaux peuvent faire partie d’un système de protection contre les inondations


Références

CIRIA, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), United States Army Corps of Engineers (USACE), 2013. International Levee Handbook (ILH) (1350 pages) http://www.ciria.org/ILH

Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), 2015. Référentiel technique digues maritimes et fluviales, 190 p. Le téléchargement est disponible ici.

TOURMENT, R., BEULLAC, B., (coord.), 2019, Inondations : analyse de risque des systèmes de protection – Application aux études de dangers. Editions Lavoisier, 2019.



Image-retour-Visite Guidée.png Pour revenir au menu « Visite guidée »


Pour plus d'information sur l'auteur : Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR


Le créateur de cet article est Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels