S'abonner à un flux RSS
 

Wikibardig:Surveillance visuelle après un événement particulier

De Wikibardig
Version du 1 septembre 2017 à 10:38 par Huguette Felix (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Sommaire

Surveillance visuelle après un événement particulier

Après une forte crue, une tempête ou un séisme, le propriétaire ou l’exploitant doit procéder à l’examen des dommages éventuels et prendre certaines décisions. En cas d’incident ou d’anomalie constaté sur l’ouvrage :

  • baliser toute anomalie afin d’avoir un « point zéro » avec des données quantifiables et donc comparables ultérieurement ;
  • si l’anomalie est confirmée, définir une conduite à tenir en fonction de seuils d’urgence ;
  • modifier éventuellement la fréquence des inspections et mesures ainsi que leur contenu.

Il n’est pas nécessaire que les personnes qui effectuent la surveillance visuelle soient des spécialistes de Génie Civil. Il importe davantage qu’elles aient des qualités de rigueur et de précision, ainsi qu’une motivation suffisante. Toutefois, il est important de préciser que :

  • l’intervenant doit avoir reçu une bonne information sur l’ouvrage ;
  • il doit recevoir, si nécessaire, une formation technique minimale.

La surveillance visuelle à l'occasion des crues

C'est lors des crues que les barrages sont soumis aux sollicitations les plus sévères : cote du plan d'eau élevée, débits importants sur le déversoir, ruissellement sur les parements. Une surveillance visuelle détaillée s'impose donc dans ces occasions. La surveillance pendant la crue est riche d'informations mais elle n'est pas toujours possible car la crue peut survenir de nuit. Cependant, chaque fois qu'on le peut, on s'attache à observer les points suivants pendant la crue :

- niveau maximum atteint par l'eau ;

- durée de la crue ;

- corps flottants et vagues ;

- fonctionnement du déversoir : position du vannage éventuel, aspect de la lame d'eau, écoulement en pied de coursier, contournement éventuel des bajoyers…

La surveillance après la crue doit être systématique. Elle porte sur les points suivants :

- relevés d'indices permettant de connaître le niveau maximum atteint par l'eau : dépôts de branchages et brindilles, traces sur le limnimètre ou les murs en béton (attention à ne pas confondre avec les indices liés à une précédente crue) ;

- vérification qu'il n'y a pas eu de surverse sur le couronnement de l'ouvrage (indices à rechercher : présence de végétation couchée, d'affouillements, de poissons morts,…) ; observations sur le talus aval d'un barrage en terre ou en pied aval des parties latérales d'un barrage en maçonnerie ou en béton ;

- état du déversoir et de la fosse de dissipation d'énergie : érosion régressive, contournement de bajoyers, fondations sous-cavées, mouvements des structures ;

- observation de l’état du parement amont et de sa protection dans la zone de batillage ;

- creusement de ravines par ruissellement sur les talus (en particulier le talus aval) ;

- apparition de nouvelles zones de fuites, augmentation sensible ou extension des fuites préexistantes (en mesurer les débits si possible) ;

- mesure des appareils d’auscultation afin de détecter toute anomalie éventuelle.

Ces observations relevées lors de la surveillance sont consignées dans le registre du barrage et font, le cas échéant, l'objet d'un dossier photographique. Elles conduisent, suivant les cas, à des travaux d'entretien d'urgence ou à des travaux plus importants de réfection. En cas de très forte crue ou de crue ayant entraîné des désordres importants, un rapport est envoyé au Service de contrôle.

Ces observations en crue ou post-crue sont particulièrement cruciales pour les ouvrages écrêteurs de crues qui ne sont soumis à la charge hydraulique qu’à ces occasions.

Erosion externe du parement aval.PNGErosion externe du parement aval et de la crête suite à une crue (Photo Irstea-G2DR)

Erosion externe du parement aval suite à une crue.PNG Erosion externe du parement aval suite à une crue (Photo Irstea-G2DR)

L’inspection après les séismes

On recommande une visite aussitôt après un séisme. On procédera à l’inspection de toutes parties observées lors des visites de routine en notant les différences éventuelles. On surveillera plus particulièrement l’apparition de fissures sur les barrages ou les organes en béton et de mouvements sur les barrages en remblai (glissements, tassements…). On s’assurera que les parties mobiles (vannes, clapets) fonctionnement correctement sur toute leur plage de manœuvre. Si besoin, on fera appel à l’ingénieur spécialiste pour une visite technique approfondie.

Référence

Royet P. 2006, La surveillance et l’entretien des petits barrages. Edition Quae, Paris 2006.78 p.


Pour plus d'information sur l'auteur : Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR


Le créateur de cet article est Irstea - UR RECOVER - Equipe G2DR
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels