S'abonner à un flux RSS
 

Wikigeotech:Le compactage

De Wikibardig
Version du 16 novembre 2018 à 08:26 par Yasmina Boussafir (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Le compactage est une opération qui consiste à réduire les vides contenu dans un matériau foisonné afin d'assurer la stabilité de l'ouvrage en terre qui est en train d'être construit.

En terrassement, l'opération de compactage est encadrée par un objectif fixé en terme de taux de compactage à atteindre. L'absence de compactage se traduit par des anomalies et des défauts dans l'ouvrage en terre. Les défauts de compactage peuvent se traduire par des fissures, des flashes, des glissements, des tassements différentiels, dont la rapidité d'apparition dépendent de l'importance des anomalies.

Le compactage peut être réalisé par différentes méthodes et matériels. Traditionnellement on peut faire appel à trois grands mode d'action de compactage :

  • du compactage par vibration,
  • du compactage statique,
  • du compactage par pétrissage.

Il existe d'autres modes d'action permettant de réduire les vides d'un sol (compactage dynamique, consolidation par drainage ...) qui sont plutôt envisagée pour améliorer les sols naturels en place. Il n'est pas inutile de préciser que l'action de roulage des camions et autres engins sur un remblai permettent également de compacter les matériaux. Quelque fois appelé compactage dynamique (Alonso, 2005)[1]) l'action n'est cependant pas aussi efficace en terme de performance que les compacteurs dédiés à ce travail et elle permet au mieux un serrage des grains et une certaine stabilisation des matériaux. Les engins ne sont pas non plus prévus pour réaliser cette tâche et aucune action de contrôle n'y est associée.

Sommaire

Compactage par vibration

Ce mode de compactage réduit les vides grâce à la mise en vibration des particules de sol. L'effet de saltation des particules génère un ré-arrangement plus stable des grains et plus dense. L'action par vibration est très efficace, agit rapidement et sur de fortes épaisseurs. La forme du compacteur présente l'avantage d'être stable et peut s'adapter à toutes les configurations de chantier. Le défaut le plus fréquent est l'apparition d'un feuilletage avec les matériaux plutôt fins en partie superficielle de couche.

Les compacteurs qui agissent par vibrations sont les compacteurs à un cylindre (mono-cylindre), deux cylindres vibrants (double bille ou tandem) ou combinant un cylindre avec un autre mode de compactage statique ou pétrissage. Le cylindre, animé en vibration par l'arbre à balourd, applique une succession d'impacts sur la surface du matériau. La force maximale de contact cylindre-matériau à chaque cycle de vibration a été appelée Force totale appliquée. De la valeur de cette force dépend l'efficacité du compacteur (Quibel, 1992[2]). L'action des compacteurs vibrants est gouvernée par deux paramètres : la masse de la bille vibrante, et la vibration, elle-même caractérisée par une amplitude et une fréquence.
La performance d'un compacteur vibrant peut être étudiée en laboratoire en reproduisant son action avec la méthode de l'essai Proctor.

Compactage statique

Ce mode de compactage agit par simple pression sur le sol : le poids de l'engin pousse sur les grains des sols ce qui réduit les vides avec un agencement des grains spécifique. Pour compacter il y a donc besoin d'engins très lourds. Ce sont souvent des engins à pneumatiques lestés dont le centre de gravité est souvent haut, dont la stabilité est plutôt mauvaise et qui sont donc sensibles à l'état de surface de la couche à compacter. Les compacteurs à pneumatique sont sujets au basculement et leur rendement est moins élevé que les compacteurs vibrants.

Compactage par pétrissage

Ce mode de compactage est spécifique au terrassement des matériaux fins : il agit par pétrissage grâce à la forme en bosse des surfaces de compactage. Le principe est basé sur une pression qui s'exerce sur des points de contacts espacés.

Références

  1. Alonso E. 2005. Compactage et comportement des sols fins. Revue Française de Géotechnique. N°111. 2è trimestre 2005.
  2. Quibel A. 1992. Modélisation pratique du compactage par vibration. Bull. liaison Labo P. et Ch. 192. juil.-août 1994. Réf. 3835.
Outils personnels