S'abonner à un flux RSS
 

Wikigeotech:Les perrières de Doué-la-Fontaine

De Wikibardig
Version du 13 juillet 2014 à 07:43 par Yasmina Boussafir (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Salle en bouteille Doue.jpg

Les perrières[1] se situent sur la commune de Doué-la-Fontaine dans le Maine-et-Loire (49).

Sommaire

TYPOLOGIE DU SITE 

Type de cavité

Il s'agit de carrières de pierre de taille exploitées par tranchées et chambres. Elles ont été creusées aux XVIIIe et XIXe siècles par des agriculteurs et non par des carriers professionnels.

L'exploitation de ces carrières s'est arrêtée dans les années 20 à 30. Elles ont été réutilisées en lieux de stockages divers puis en habitats ou en champignonnières par le biais de cours effondrées et recreusées après l'exploitation, permettant un accès direct en cavage.

Nature des matériaux extraits

Falun (calcaire coquillier du Miocène). Au niveau de ce site, celui-ci est très compact et homogène avec peu de coquilles.

grandes salles
voûte en bâtière

Cavité visitable et/ou Cavité accessible

L'ensemble de ces carrières est accessible mais seule une petite partie est ouverte au public. La partie ouverte au public propose différentes activités : hébergement, réception – séminaire, musée - visite pédagogique et touristique. Le centre d'hébergement a été ouvert en 1990 dans le cadre de la création de centres du patrimoine dans l'académie de Nantes, permettant l'accueil de classes du patrimoine animées à l'origine par le CATP (Association Carrefour Anjou Touraine Poitou), sous le contrôle du rectorat et de la DRAC.

Géométrie de la cavité

Creusées sous les champs à partir de tranchées pour permettre l'exploitation agricole des terrains du dessus, ces carrières sont formées par des successions de salles « en bouteilles » d'environ 20 m de profondeur (jusqu'à la limite de la nappe phréatique), fermées en surface par des voutes en bâtières obturant les tranchées.

Lors du creusement des cours d'accès, les déblais ont servi à combler en partie les salles souterraines, ce qui fait que dans les parties visitables, les hauteurs sous voûte sont réduites à une dizaine de mètres, alors qu'elles atteignent 20 m dans la partie non ouverte au public, ancienne champignonnière restée en l'état depuis l'arrêt de l'exploitation en 1981.

La technique d'exploitation a changé au cours du temps : au début de grandes tranchées étaient creusées dans les champs et les salles possédaient un plafond à 2 pentes puis les tranchées se sont réduites et les salles ont été façonnées avec 4 pentes. Ces différentes typologies d'exploitation sont visibles sur le site, ainsi que les aménagements réalisés pour permettre la descente dans les salles (escalier taillé dans une paroi, redents rocheux laissés en place dans les parois pour y caler une échelle, etc.).

L'ensemble des salles du site des Perrières représente 4,5 hectares. Cet ensemble est probablement relié à d'autres ensembles de la commune de Doué-la-Fontaine, la totalité représentant plus de 1 000 hectares.

Propriétaire 

Laissé à l'abandon lorsque les derniers habitants ont quitté les habitations troglodytiques, le site des Perrières a été racheté par la commune avec le soutien du CATP à la fin des années 70 pour le sauvegarder. Il a été ouvert au public en 1989.

Pour la partie ouverte au public, la mairie est propriétaire des terrains de surface et du tréfonds. Pour le reste du site, elle n'est propriétaire que d'une partie du tréfonds et des terrains et loue les parties souterraines ne lui appartenant pas.

ETAT DE LA CAVITÉ 

Existence d’une étude de site/diagnostic

Un diagnostic géotechnique est réalisé tous les 4 ans pour les parties ouvertes à la visite et tous les 3 ans pour la partie hébergement. Depuis 12 ans, ces diagnostics sont réalisés par le bureau d'études « Entre Loire et Coteaux ».

Un diagnostic a également été réalisé par le même bureau d'études dans les parties non ouvertes au public.

Existence de visites de suivi/surveillance et conclusions

Les visites réalisées lors de l'établissement des diagnostics donnent lieu à des préconisations de travaux de mise en sécurité.

Particularité de la cavité

Il s'agit d'une exploitation par tranchées et chambres, typologie caractéristique de l'exploitation du falun dans la région de Doué-la-Fontaine. Le recouvrement au dessus des bâtières installées sur les tranchées atteint 50 cm au maximum.

Existence de confortements

L'ensemble du site présente un bon état de conservation. Néanmoins et suite aux diagnostics, des tirants en fibre de verre ont été installés à différents endroits sur l'ensemble du site ouvert au public. Des mini purges sont faites régulièrement par le responsable du site. Si de plus gros travaux sont à prévoir, les interventions sont réalisées par des entreprises spécialisées.

Lorsque les salles sont situées sous les rues, il a été réalisé un coffrage de béton au niveau des bâtières.

coffrage béton des bâtières

La partie non ouverte au public, qui correspond à une zone réutilisée en champignonnière jusqu'à 1981, montre des travaux de maçonnerie réalisés par les champignonnistes lorsqu'ils agrandissaient les ouvertures entre les salles.

Environnement 

  • zone urbaine ou non : Zone semi-urbaine, les salles se situent principalement sous des champs mais également sous quelques habitations.
  • présence d’une nappe : Oui, profondeur supérieure à 20 m.
  • comblements partiels : Non.
  • existence d’infrastructure au dessus : Plusieurs rues.
  • autre (carrière à flanc de coteaux,…) : Non.

UNE CAVITÉ REMARQUABLE

maçonnerie entre les salles

La typologie de ces carrières est spécifique à l'exploitation du falun dans la commune de Doué-la-Fontaine, en liaison avec l'épaisseur importante atteinte sur cette commune par cette formation géologique. La partie visitable est équipée de panneaux expliquant la géologie de la région, la méthode d'exploitation de la pierre à bâtir et présentant le patrimoine de Doué-la-Fontaine. Dans une des salles, une reconstitution du travail dans les carrières a été réalisée.

L'état de conservation de l'ensemble du site est bon, y compris la partie des anciennes champignonnières non ouverte au public. De plus, la forme originale en bouteille, les hauteurs importantes sous voûte (de 10 à 20 m suivant les endroits) et la succession de chambres reliées les unes aux autres sur un linéaire pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres, rend le site très impressionnant et donc attractif. A noter que ce site est classé Site environnemental remarquable depuis 1985.

L'activité touristique du site représente aujourd'hui 12 000 visiteurs par an.

La partie non ouverte au public pourrait facilement être mise en valeur car peu de confortements seraient nécessaires à sa mise en sécurité. La problématique pour son ouverture est liée à des problèmes d’accessibilité aux personnes handicapées et à l'installation de matériel d'éclairage en milieu souterrain.

Ce projet reste néanmoins d'actualité avec un souhait déjà ancien de créer une scénographie dans l'ensemble des anciennes champignonnières ou tout du moins de les ouvrir à la visite en proposant de nouveaux panneaux explicatifs et en confortant les actions pédagogiques, déjà fortement mises en œuvre sur les parties ouvertes (accueil + hébergement de classes primaires et maternelles, d'étudiants,...).

CAVITÉ INSTRUMENTÉE

  • définition de l’instrumentation posée ( type et nombre de matériels, localisation) : 8 témoins posés sur des fissures dans les parties ouvertes au public, le suivi est assuré par le gestionnaire du site, les résultats sont vérifiés par le bureau d'études lors des diagnostics.
  • matériel défectueux : non.
  • durée du suivi : au moins 20 ans (témoins posés lorsque le site a été ouvert au public).
  • principales conclusions : les mouvements sont très faibles : 1mm au plus en 20 ans.
  • possibilité de compléter l’instrumentation existante (détailler) : pas utile a priori.

RÉFÉRENCES

  1. LRPC ANGERS (2012). Fiche carrière remarquable des Perrières de Doué la Fontaine. Plan National cavité Souterraine. Action 6 de la Convention DGPR-Ifsttar 2011
Outils personnels