S'abonner à un flux RSS
 

Le Rhône en 100 questions : 10-08 À quoi jouent les jouteurs ?

De Wikibardig
le rhone en 100 questions multi579
Cette page fait partie du deuxième chapitre: "Le fonctionnement du fleuve", de l'ouvrage '"Le Rhône en 100 questions'", une initiative de la ZABR avec l'appui de toute l'équipe du Graie et soutenue par les instances qui ont en charge la gestion du fleuve.











Les joutes nautiques sont un jeu traditionnel des mariniers. Il n’est pas de cité riveraine du Rhône, entre Lyon et le delta, où l’on ne trouve trace de leur présence depuis le début du XIXe siècle.

Rendez-vous :

  •  Chaque année le dernier weekend d’août pour la finale du championnat de France méthodes Lyonnaise et Givordine .
  •  Durant la saison à Chasse-sur-Rhône pour découvrir la Parisienne, à l’Isle-sur-la -Sorgue pour la Provençale, à Sète pour la Languedocienne…

Sommaire


Les joutes et l’identité locale


Jusqu’à la fin du xixe siècle on joute principalement à l’occasion des vogues, ces fêtes locales qui sont un moment où s’exprime une « façon d’être ensemble ». Rassemblement de toute la population locale, ces joutes de vogue sont à la fois le moyen de se confronter pour les groupes qui la composent, et le lieu où s’affirme, par delà les particularités, une identité locale partagée.


Les joutes et le Rhône


Les joutes sont indissociablement attachées au Rhône qui occupe une grande place dans la vie des riverains : théâtre de leurs fêtes et rites de passage, lieu privilégié d’une initiation plus quotidienne aux transgressions communes (braconnage…) et surtout menace récurrente puisqu’il recouvre régulièrement partie des villes riveraines, particulièrement jusqu’au milieu du xxe siècle. Dans ces circonstances, la solidarité s’impose comme condition de la vie quotidienne au bord du fleuve, tout en contribuant au renforcement des liens entre les habitants.

L’effervescence qui règne à cette occasion s’apparente à la jubilation que l’on observe durant les vogues. Secours et entraide sont portés dans une atmosphère paradoxalement plutôt joyeuse, comme si chacun se réjouissait de cette manifestation de solidarité collective. Le jouteur marinier est aussi le sauveteur, figure essentielle de la vie rhodanienne.
l implantation des clubs de joute dans le sud est de la france

Les Sociétés de Sauvetage et de Joutes et les inondations


Depuis le milieu du xxe siècle l’organisation de la pratique des joutes est entièrement dévolue à des associations sportives. Actuellement près de quarante sociétés situées le long du Rhône adhèrent à la Fédération Française de Joutes et Sauvetage Nautique. L’une des plus anciennes est la Société de Sauvetage et de Joutes de Givors ; fondée en 1886 par un groupe « d’honnêtes et de laborieux travailleurs », elle se donne pour objet « d’organiser des fêtes nautiques et de porter secours partout où quelque danger serait signalé ». Comme ses homologues, elle va devenir ainsi la force principale d’intervention en cas d’inondation.


Les joutes, les sports nautiques et la relation au fleuve


Entre les deux guerres, la plupart des Sociétés vont développer un ensemble d’activités utilitaires récréatives et sportives liées au fleuve : natation, sauvetage aquatique et water-polo, barques et joutes. Si ces sociétés peuvent apparaître comme un « conservatoire des savoir-faire aquatiques et nautiques », elles sont aussi le lieu de leur progressive évolution vers l’univers du sport. Celui-ci avec ses exigences réglementaires va conduire à la création d’espaces spécialisés. Nées par et pour le fleuve, les Sociétés voient leurs activités s’éloigner de lui pour des raisons liées à la normalisation des espaces sportifs, condition de la mesure du progrès des performances.
Cependant, même « sportivisées », les joutes restent un temps fort de l’expression des cultures locales traditionnelles dans la vallée du Rhône, sans folklorisation excessive comme on l’observe parfois dans des zones plus touristiques. Elles renouent avec les récits des anciens et avec les symboles qui constituent l’imaginaire du fleuve.


Les joutes aujourd’hui


Avec soixante-treize clubs et trois mille huit cent quatre-vingt jouteurs, les trois régions composant le GrandSud-Est regroupent la quasi totalité des effectifs de la Fédération française (91 clubs et 4 367 licenciés en 2007).
De Lyon à Sète ou Istre il est possible, les dimanches de juin à septembre, de voir s’affronter les jouteurs dans au moins cinq des six méthodes officiellement reconnues par la Fédération : Lyonnaise, Givordine, Parisienne, Provençale, Languedocienne.
une passe de joute a givors en juin 2006 lors de la fete de la ville

Ce qu’il faut retenir


Devenue un sport moderne dans les années 1970, les joutes nautiques françaises puisent leurs racines dans un jeu
traditionnel pratiqué dès le Moyen Âge par les « gens de mer et de fleuve ».
Associées à la fête locale, elles ont représenté une mise en scène des valeurs nécessaires à la fréquentation du fleuve comme à la vie quotidienne le long de ses rives.
En cela, les joutes ont été, et restent, un temps fort de l’expression des cultures locales et de la culture de fleuve.



question précédente |retour au sommaire | question suivante


Outils personnels