S'abonner à un flux RSS
 

Plan de gestion des ouvrages en période de crues par le SYMADREM

De Wikibardig

Sommaire

Principes du PGOPC

Le Plan de Gestion des Ouvrages en Période de Crues (PGOPC) est l’organisation qui est mise en place par le SYMADREM, pour la gestion de ses ouvrages pendant une crue. Le territoire sur lequel intervient le SYMADREM ainsi que les ouvrages dont il assure la surveillance sont indiques sur les deux schémas suivants:

territoire d intervention du symadrem
symadrem ouvrages

Les principes sur lesquels repose le PGOPC sont les suivants :

  • Mise en place d’une surveillance linéaire : eu égard à leur construction ancienne (milieu 19ème siècle), des ouvrages de protection contre les inondations, dès les eaux du fleuve atteignent le pied de ceux-ci, dès qu’ils sont sollicités par le fleuve,
  • Détection des désordres générés par la crue dès leur naissance. Ces désordres sont détectés par les équipes de surveillance linéaire.
  • Traitement des désordres détectés par des entreprises de TP, si nécessaire.

Etats d’alerte

Quatre états d’alerte sont prévus dans le PGOPC : pré-alerte, alerte 1, alerte 2 et alerte 3 ou alerte renforcée.
Ces seuils sont fonction du débit mesuré à la station limnimétrique de Beaucaire / Tarascon et sont cohérents avec ceux du Service de Prévision de Crues du Grand Delta (SPC GD). Ces seuils sont en outre variables selon la configuration des ouvrages du SYMADREM.
Pour la majeure partie des ouvrages du SYMADREM, les débits des seuils sont les suivants :
Pré-alerte : 3 850 m3/s

  • Alerte 1 : 4 700 m3/s
  • Alerte 2 : 6 000 m3/s
  • Alerte 3 : 8 000m3/s

Le déclenchement des états de pré-alerte et d’alerte 1 sont effectués lorsque les débits correspondants sont atteints.
Le déclenchement des états d’alerte 2 et d’alerte 3 est précédé, d’une demande d’anticipation à tous les acteurs du PGOPC. Cette demande d’anticipation a pour but de se préparer à la mise en place de la surveillance linéaire diurne, pour l’état d’alerte 2 et diurne et nocturne pour l’état d’alerte 3.
La prévision de débits et les données en temps réels des stations limnimétrique du Rhône et de ses affluents sont relevées régulièrement sur le serveur du SPC GD.
Lorsque le débit du Rhône à Beaucaire / Tarascon atteint l’état d’alerte 2, les ouvrages du SYMADREM sont sollicités par le fleuve.


symadrem niveaux d alerte


pgopc
symadrem acteurs et dispositif du pgopc

Surveillance linéaire

A partir de l’état d’alerte 2, la surveillance linéaire et continue de ces ouvrages est mise en œuvre afin de détecter les désordres engendrés par la crue, dès l’origine, et de commander, le cas échéant, l’intervention en urgence d’une entreprise de travaux publics et ainsi éviter l’aggravation des désordres telle que ruptures et inondation.
Cette surveillance linéaire est exécutée par des équipes de deux agents au minimum, qui cheminent, à pied, sur les ouvrages, un agent sur la partie supérieure des ouvrages, l’autre agent en pied de digue aval.
A cette fin, les communes membres du SYMADREM et riveraines du Rhône, du Grand Rhône et du Petit Rhône, mettent à disposition de celui-ci, des agents ou des volontaires provenant du personnel de ces collectivités ou des réserves communales de sécurité civiles. Une convention est passée entre les communes et le SYMADREM.
En état d’alerte 2 la surveillance est effectuée de 9h00 à 17h00, en état d’alerte 3 la surveillance est assurée 24h/24h.
La totalité des ouvrages a été divisée en 45 secteurs de surveillance. Chacun de ces secteurs est attribué à une équipe.
La surveillance linéaire des ouvrages mobilise au total cents personnes environ.
Sur le terrain, les équipes de surveillance sont supervisées par les gardes digues du SYMADREM.


Direction de la surveillance et interventions

La direction générale de la surveillance des ouvrages est assurée par le directeur général du SYMADREM qui est le directeur des opérations (DO), au moyen d’un poste de commandement de la surveillance des ouvrages (PC de surveillance) installé dans ses locaux et dirigé par le directeur du PC (DPC).
Les équipes de surveillance examinent toutes les parties de l’ouvrage ; talus amont, partie émergée, crête, talus aval, pied de digue, piste de pied aval.
Lorsqu’un désordre est détecté, l’équipe prend contact avec le PC de surveillance pour signaler le désordre et donner toute précision utile.
A la demande du PC, le garde digues du SYMADREM du secteur correspondant se rend sur le lieu du désordre afin d’évaluer l’importance de celui-ci et commander, le cas échéant, une intervention d’urgence d’une entreprise de TP par le PC.
Les interventions d’urgence sont assurées par un groupement d’entreprises de travaux publics, préalablement réquisitionnées et avec lesquelles un marché à bons de commande d’interventions d’urgence a été passé.
S’il y a nécessité d’intervention d’urgence d’une entreprise deTP, le directeur du PC de surveillance demande à l’entrepreneur de se rendre sur le lieu du désordre. Dans le même temps, le directeur des opérations se rend également sur le lieu du désordre.
Après concertation avec l’entrepreneur, le directeur des opérations commande à ce dernier, l’exécution de travaux, à réaliser immédiatement.
Au cours de la réalisation de ces travaux, le garde digue du secteur visite régulièrement le chantier.
Ces principes de surveillance et intervention ont été mis en œuvre, en rive gauche côté Bouches du Rhône en 2002 et 2003.
En décembre 2003, une cinquantaine d’interventions d’urgence ont été effectuées. Lors de ces crues majeures, aucune brèche ne s’est produite en rive gauche.


Article écrit par Jean-Pierre Gautier, directeur général du SYMADREM et Jacques Guillot, directeur technique adjoint du SYMADREM

Outils personnels