S'abonner à un flux RSS
 

Saint Trojan - Expertise des zones de solidarité Xynthia

De Wikibardig

Sommaire

Eléments de contexte

Principales caractéristiques de la commune

caracteristiques communes
La commune de Saint Trojan occupe la pointe Sud de l'île d'Oléron. Elle compte environ 1500 habitants permanents. La zone urbanisée s'étire à l'ouest de la RD 126, qui longe le littoral à l'est de la commune. L'ouest et le sud de la commune sont couverts par le forêt de pins. Possédant de belles plages, Saint Trojan est une des communes les plus touristiques de l'île d'Oléron, les résidences secondaires représentant les deux tiers du parc de logements. Son port, situé au nord de la zone d'urbanisation dense, est délimité par des quais maçonnés bordés de nombreux restaurants, de quelques commerces et de bâtiments ostréicoles.


Description de l'évènement Xynthia

Lors de la tempête Xynthia, des entrées d'eau importantes ont eu lieu au droit du port ainsi que par les brèches localisées qui se sont créées dans la digue de la Taillée, située immédiatement au sud de celui-ci.
L'eau a envahi les zones basses situées de part et d'autre du port entre le front de mer et la route départementale 126, franchissant localement celle-ci au niveau de ses point bas. Les zones inondées à l'ouest de la route départementale sont restées d'ampleur limitée et concernent notamment le parking situé place de la Liberté ainsi qu'une zone un peu plus au sud où sont implantés des bâtiments publics.

descritpion de levenement
descirption de evenement2

Plus au sud, la digue Pacaud, récemment remise en état et qui sépare l'océan du marais du Bris, a bien résisté, l'inondation du marais ayant été de faible ampleur.
Peu d'altitudes de traces d'inondation ont été relevées à Saint Trojan. Il semble que la surcote due à Xynthia y ait été un peu moindre et surtout plus brève qu'à la Rochelle.
La RD 126 a constitué une digue relativement efficace. Elle n'a été franchie que par de faibles quantités d'eau de sorte que les terrains du centre ville n'ont été inondés qu'à 3,80 NGF environ alors que le niveau de l'océan dépassait 4,00 NGF.


Les zones de solidarité

zones de solidarite st trojan
Deux zones de solidarité ont été délimitées sur la commune de Saint Trojan.
L'une, au sud du bourg, ne comporte que des bâtiments publics non expropriables (salle des fêtes, centre de secours). L'autre zone, à proximité immédiate du port et située de part et d'autre de la RD 126, comporte au total 15 biens dont des bâtiments ostréicoles, un commerce, des restaurants, et 5 habitations pour lesquelles aucun accord de vente n'a été recueilli, une seule estimation ayant été demandée.
Les pièces de vie de trois de ces habitations situées à l'est de la RD 126 sont sensiblement au niveau de celle-ci, à des côtes voisines de 4,5 NGF, seuls leurs sous-sols ayant été fortement inondés (hauteur d'eau d'environ 1,6m). L'une de ces trois maisons n'est toutefois accessible que par son sous sol ce qui, lors de Xynthia a obligé le propriétaire à sortir par les combles.
Les deux autres sont des maisons d'habitation, dont une à étage, situées place de la Liberté, dans une cuvette à l'ouest de la RD 126 dont le reste de la surface est occupée par un parking. Cette cuvette de petite taille a été lors de Xynthia remplie progressivement par refoulement du réseau d'eau pluvial. Des venues d'eau se sont également très vraisemblablement produites à partir d'un point bas du boulevard de la plage ( côte voisine de 3,80 NGF).


Diagnostic

Aléa de référence

La côte du plan d'eau lors d'un phénomène comparable à Xynthia peut-être évaluée à 4,20 NGF, soit 10 ou 15 cm de plus que ce qui s'est produit lors de Xynthia. Le secteur est peu exposé aux vagues de tempête.

Situation actuelle

Au sud du port, la protection est assurée par la digue de la Taillée, dont la cote est généralement supérieure à 4 NGF et qui se raccorde :

  • au nord sur le quai Anthony Dubois, dont la cote n'est dans ce secteur que de 3,60 NGF, constituant le point bas de la protection. Ce quai remonte ensuite pour atteindre une cote de 4,5 NGF en fond de port.
  • au sud sur la RD 126 (boulevard de la plage) à une côte d'environ 3,90 NGF.

Encore plus au sud, la RD longe le littoral et forme digue.

Au nord du port, on trouve une configuration plus complexe avec des digues basses à vocation ostréicole au niveau des marais des Marteaux et de la Soulasserie se raccordant sur le quai Raoul Coulon à une altitude voisine de 3,6 NGF. Ce quai remonte également à la côte 4,5 NGF en fond de port au niveau de la RD 126.

Les niveaux habitables des trois habitations de la zone de solidarité situées à l'est de la RD 126 ont une cote des seuils sensiblement supérieure à 4,20 NGF et ne peuvent être considérées comme dangereuses pour leurs occupants, seuls les sous sols ont été fortement inondés (environ 1,60 m d'eau). Toutefois l'une des maisons n'est accessible que par son sous sol ce qui, lors de Xynthia a obligé son propriétaire à sortir par le toit pour gagner une maison voisine. Il semble possible d'aménager un cheminement hors d'eau entre la rue et la terrasse surélevée de cette maison.
A l'est de la RD126, les deux maisons, dont l'une à étage, situées au fond du parking place de la Liberté ont été inondées par par plus d'1m d'eau. La maison sans étage est irrémédiablement dangereuse. Le niveau principal de l'autre maison est à l'étage, il est possible de la doter d'un accès hors d'eau.
De façon générale, au vu des éléments disponibles, les seuils des autres maisons de Saint Trojan se trouvent au dessus de 3,20 NGF même si certaines sont proches de cette altitude et sérieusement inondables.


Protections envisageables

La seule maison dangereuse se trouve au fond d'une cuvette de petite dimension vulnérable à la moindre défaillance du dispositif de protection, à l'image du reflux qui semble responsable de sa submersion le 28 février 2010. La doctrine nationale en matière de sécurité est de délocaliser les constructions qui se trouvent dans cette situation sans chercher à les protéger. Dans le cas qui nous intéresse, cette protections serait certainement d'un coût supérieur à celui de la maison en question.
Cette considération n'interdit pas de rechercher une diminution de la vulnérabilité du quartier aux submersions marines en améliorant la continuité de l'endiguement au tour du port mais il s'agirait de protéger des bines non dangereux pour leurs occupants.
En outre, les différents exutoires, et notamment celui de la canalisation traversant la place de la Liberté devraient être munis de clapets anti-retour.


Conclusions

Deux zones de solidarité ont été identifiées sur la commune de Saint Trojan. La zone de solidarité située au sud du bourg ne comporte que des bâtiments publics non expropriables.
Les 15 biens inscrits dans la zone de solidarité nord se décomposent en 10 biens à usage professionnel (commerces et activités ostréicoles situés sur le quai Anthony Dubois) qui conformément à la doctrine exposée en début de rapport, n'ont pas lieu d'être expropriés, et 5 habitations. Parmi celles-ci, une habitation sans étage, située dans un site en cuvette est inondable par plus d'un mètre d'eau et relève d'une procédure d'acquisition au titre du L 561-1.
Les deux maisons de la zone dont l'accès se fait par un terrain inondable mais dont le niveau principal est hors d'eau devront faire l'objet d'une prescription d’aménagement d'un accès direct au niveau d'habitation depuis le sol non ou peu inondable.
Comme sur les autres sites de Charente Maritime des précautions devront être prises, notamment dans le cadre du plan communal de sauvegarde pour que les sous sols ne soient pas occupées au moment où une submersion marine est à redouter.


Recommandations

Le marais du Bris, situé au sud de la commune et où des maisons sont implantées à faible altitude, reste une zone sensible. Il est fermé par la digue Pacaud, récemment remise en état par le Département et qui s'est avérée efficace lors de Xynthia.
Toutefois, dans la mesure où le calcul de cette digue n'a pas pris en compte les niveaux de surcote qui semblent désormais plausibles et où l'effet de Xynthia a été moindre sur la rive sud de l'Ile d'Oléron où se trouve le site, qu'à l'intérieur des Pertuis, il est souhaitable d'en réévaluer la sécurité.



Retour à la page : Expertise des zones de solidarité Xynthia en Charente-Maritime

Autres zones d'expertise:

Charron

Site de l'île d'Aix

Port des barques
Nieul
Loix
La Flotte en Ré
Aytré

sites de Boyarville et de la Perrotine (Communes de Saint-Georges et Saint-Pierre d'Oléron)
Châtelaillon-Plage et Yves: les Boucholeurs
Fouras – Pointe de la Fumée

 

Outils personnels