S'abonner à un flux RSS
 

Wikibardig:GEMAPI : La ripisylve

De Wikibardig

Sommaire


La ripisylve est une végétation riveraine, elle est définie comme l'ensemble des formations végétales ligneuses et herbacées qui se développent sur les bords des cours d’eau ou des plans d’eau situés dans la zone frontière entre l’eau et la terre (zone écotone). Les rives sont définies comme l'étendue du lit majeur du cours d'eau non submergé jusqu'à la zone délimitée par le niveau d’étiage.


Ripisylve - Photo 1.png
Exemple de zonation transversale typique de la végétation d’un bord de cours d’eau © Lacahat, 1991

Les fonctions de la ripisylve

Les ripisylves ont de nombreuses fonctions, dont les trois principales suivantes :

  • Les fonctions biologiques (richesse de la biodiversité, capacité épuratrice…) ;
  • Les fonctions mécaniques et hydrauliques (maintien des berges, dissipation de l’énergie…) ;
  • Les fonctions socio-économiques (bois de chauffage, promenade vtt…).

Recommandations sur l’implantation de la végétation sur les berges d’une digue

Les ouvrages de défense de berges construits à l’aide de techniques végétales et la végétalisation des protections de berges, avec des ligneux notamment, présentent de nombreux avantages sur les plans écologiques et paysagers…. Il existe, cependant, une configuration d’ouvrages où des restrictions à la recommandation précédente s’imposent : c’est lorsque la berge à défendre est prolongée par le talus d’une digue de protection contre les crues, que les règles de l’art du génie civil recommandent de maintenir à un état strictement enherbé (Mériaux et Vennetier, 2006 ; Vennetier et al.2003 ; Zanetti, 2010).


Ripisylve - Photo 5.png
Schéma récapitulant les modalités de gestion des ligneux sur les digues © C. Zanetti

D’après les recommandations, les ouvrages hydrauliques en terre devraient être totalement dépourvus de végétation ligneuse sur toute leur surface et sur une frange de 5 m bordant leur pied, et n’être recouverts que de végétation herbacée rase. Sur les berges des cours d’eau, lorsqu’ils sont endigués, la végétation herbacée est bénéfique dans la mesure où elle protège les talus de l’érosion de surface (ruissellement, ravinement), mais la présence d’arbres ou d’arbustes induit des risques de dégradations engendrés par le développement des systèmes racinaires. Les systèmes racinaires induisent des risques d’érosion externe et interne pour les ouvrages hydrauliques en terre. Pour plus d’information on pourra se reporter au guide «Gestion de la végétation des ouvrages hydrauliques en remblai »

L’entretien des bords de cours d’eau

Obligations réglementaires

Les règles d’entretien sont décrites plusieurs articles du Code de l’Environnement. Elles concernent les propriétaires riverains et les collectivités territoriales, leur groupement et les EPTB :

  • Article L215-2 du code de l’environnement : « Le lit des cours d'eau non domaniaux appartient aux propriétaires des deux rives. Si les deux rives appartiennent à des propriétaires différents, chacun d'eux a la propriété de la moitié du lit. »
  • Article L215-14 du code de l’environnement : « le propriétaire riverain est tenu à un entretien régulier du cours d'eau. L'entretien régulier a pour objet de maintenir le cours d'eau dans son profil d'équilibre, de permettre l'écoulement naturel des eaux et de contribuer à son bon état écologique ou, le cas échéant, à son bon potentiel écologique, notamment par enlèvement des embâcles, débris et atterrissements, flottants ou non, par élagage ou recépage de la végétation des rives ».
  • Article L211-7 du code de l’environnement : « Les collectivités territoriales et leurs groupements, ainsi que les établissements publics territoriaux de bassin peuvent, […] entreprendre l'étude, l'exécution et l'exploitation de tous travaux, actions, ouvrages ou installations présentant un caractère d'intérêt général ou d'urgence. »

Stratégie de gestion

Il est souvent complexe de définir « La stratégie d’intervention » pour la gestion de la ripisylve. Certains SDAGE imposent le principe de non aggravation des perturbations subies par le cours d’eau et d’autres préconisent d’intervenir en fonction des enjeux socio - économiques.

Gestion de la végétation

La gestion de la végétation sur les digues est une composant importante de l’entretien des digues.

Pour des informations plus détaillées sur la gestion de la végétation on se réfèrera au guide «Gestion de la végétation des ouvrages hydrauliques en remblai »

Les techniques végétales

Le génie végétal propose un grand nombre de solutions pour de nombreuses applications (restauration de berges, endiguement…).

Il correspond à une logique de développement durable des territoires qui tend à se développer actuellement. Le génie végétal ne doit pas être considéré comme un simple reverdissement mais bien comme une action « intégrant des matériaux vivants, s’inspirant des modèles naturels et répondant à des critères techniques et mécaniques exigeant » (Adam et al 2008). Il s’agit donc d’une alternative au « tout béton » du génie civil.

Gestion des embâcles

Les embâcles sont des accumulations de débris végétaux, auxquels viennent souvent s'ajouter des déchets d'autres natures, qui sont retenus par un obstacle présent accidentellement dans le lit mineur. Il peut s'agir d'une souche d'un arbre qui a chuté, de troncs flottants qui se sont calés entre deux piles de pont, etc.

Un embâcle, comme tout obstacle placé dans le lit mineur, est susceptible de provoquer des turbulences ou des déviations de courant à l'origine de nouvelles érosions de berges. Les embâcles peuvent également constituer de véritables barrages (embâcles filtrants) qui augmentent la ligne d'eau en amont, ce qui peut favoriser les inondations en cas de crue et limiter la connexion amont/aval pour la faune.

Ils peuvent également servir de zones refuges pour la faune aquatique.

Ripisylve - Photo 3bis.png
Source photographie ; © F. Lamiot

La gestion d’un embâcle doit commencer par une phase préventive de « dégraissement » grâce au contrôle d’arbre dépérissant ou mort.

Avant l’enlèvement d’un embâcle, il est important d’évaluer l’impact de celui-ci. Pour cela le schéma ci-dessous extrait du guide de gestion de la végétation des bords de cours d’eau réalisé par l’agence de l’eau Rhin Meuse récapitule les principales situations que l’on risque de rencontrer sur le terrain, et les actions à mener face à celles-ci.


Ripisylve - Photo 4.png
Extrait du guide de gestion de la végétation des bords de cours d’eau © agence de l’eau Rhin Meuse

Rappel des liens accessibles sur cette page :

Références :

http://www.sinbio.fr/upload/guide-gestion-coursdeau.pdf

BAMBARA, G. - 2016. Évaluation de la performance des ouvrages hydrauliques en remblai soumis à la présence de végétation arborescente. Doctorat de l'Université Aix-Marseille en Géosciences de l'Environnement . 203 p.

Evette, A., Zanetti, C., Cavaillé, P., Dommanget, F., Mériaux, P., & Vennetier, M. (2014). La gestion paradoxale des ripisylves des cours d’eau de piedmont alpin endigués. Gestion sécuritaire ou promotion de la biodiversité. Journal of Alpine Research| Revue de géographie alpine, (102-4).

Lachat, B. (1998). Conserver, aménager, revitaliser les cours d'eau avec une logique naturelle. Annales De Limnologie - International Journal of Limnology, 34(2), 227-241. doi:10.1051/limn/

Rey, F., Breton, V., Breil, P., & Mériaux, P. (2018). Les solutions fondées sur la nature pour accorder la prévention des inondations avec la gestion intégrée des milieux aquatiques. Sciences Eaux Territoires, (2), 36-41.

Vennetier M., Mériaux, P., Zanetti C. (2015). Gestion de la végétation des ouvrages hydrauliques en remblai. Guide technique. Ed. Cardère, 229 p. Document téléchargeable librement :http://www.irstea.fr/nos-editions/guides-techniques/guide-vegetation-digues

Zanetti, C., Liency, N., Formento, J., Vennetier, M., Meriaux, P., Evette, A., & Guay, C. (2017). Gestion de la végétation sur digue: comment concilier GEMA et PI. Sciences Eaux et Territoires, (26), 30-35.


Image-retour-Visite Guidée.png Pour revenir au menu « Visite guidée »


Pour plus d'information sur l'auteur : INRAE - UMR RECOVER - Equipe G2DR


Le créateur de cet article est INRAE - UMR RECOVER - Equipe G2DR
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels