S'abonner à un flux RSS
 

Traitabilité (HU)

De Wikibardig

Traduction anglaise : Treatability

Dernière mise à jour : 03/11/2022

En assainissement, on utilise surtout ce terme pour désigner l’aptitude d'un effluent à subir un traitement destiné à le dépolluer.

Évaluation de la traitabilité d'un effluent

La traitabilité est généralement mesurée en termes d'efficacité de dépollution (%) comme une fonction du débit incident, des caractéristiques de l'effluent (vitesse de chute et granulométrie des particules) et de sa concentration. En pratique, il est souvent difficile de définir la traitabilité dans l’absolu et l’on doit souvent se contenter de mesurer l’aptitude de l’effluent à être traité par une installation particulière. La traitabilité des rejets urbains varie entre les périodes de temps sec et les périodes pluvieuses. Les outils de traitement adaptés au temps sec (par exemple station d'épuration biologique) ne seront donc pas nécessairement adaptés pendant les périodes pluvieuses. De même les effluents industriels sont souvent différents des effluents domestiques ; leur admissibilité dans le réseau public est donc lié à leur traitabilité par ses installations.

Cas des micropolluants organiques

L'élimination des micropolluants, en particulier organiques, dans les effluents urbains constituent l'un des enjeux importants de l'assainissement des prochaines années. Certains de ces micropolluants peuvent être au moins en partie éliminés par les filières traditionnelles mais beaucoup réclament un traitement tertiaire adapté. Les solutions que l'on peut utiliser, ainsi que leur efficacité, dépendent en particulier de leur caractère plus ou moins hydrophobe. Ce dernier est généralement est souvent estimé en utilisant le coefficient de partage Eau/Octanol Kow.


A titre d'exemple, la figure 1, extraite de Briand et al. (2018) explicite le devenir possible d'une molécule particulière en fonction de log (Kow).


figure 1 : Exemple de différents devenirs de micropolluants en STEU en fonction des propriétés des molécules (modifiée d’après Mailler, 2015). ; Source : Briand et al., 2018.


Bibliographie :

  • Briand, C. et al. (2018) : Que sait-on des micropolluants dans les eaux urbaines ? ; Rapport ARCEAU, AFB, 112p.
Outils personnels