S'abonner à un flux RSS
 

Wikibardig:Les niveaux associés aux digues

De Wikibardig

Sommaire

Les niveaux associés aux digues

Les définitions de niveau ci-dessous sont des définitions FONCTIONNELLES relatives à la digue ou au système de protection. Il faut éviter la confusion entre la définition des termes dans cette page et la description des méthodes (hydrologiques, hydrauliques) de détermination des valeurs associées des niveaux d'eau (marins ou fluviaux) correspondants.

•Niveau de protection (s’applique au système de protection) : Situation jusqu'à laquelle on n’a pas d’entrée d’eau dans la zone protégée (ZP) à travers le système de protection ou dans une quantité limitée et acceptable par le système d’assainissement et de drainage de la ZP (par exemples des embruns ou faibles projections en milieu maritime).

La ZP peut néanmoins être inondée par d'autres phénomènes (remontée de nappe, ruissellement, crue d'un affluent ne faisant pas partie des objectifs de protection, …).

•Niveau de sûreté (s’applique au système de protection ou tronçon par tronçon avec dans ce cas celui du système qui est le plus faible de tous les tronçons) : Situation jusqu’à laquelle la probabilité de rupture de la digue est négligeable.

Lorsque ce niveau est supérieur au niveau de protection, de l’eau peut entrer dans la zone protégée, sans dommage sur la digue. Cela peut par exemple correspondre en fluvial au fonctionnement des déversoirs tant que la hauteur d’eau ne menace pas l’intégrité de la digue et en maritime au passage de « paquets de mer » tant que l’intégrité de la digue n’est pas mise en cause (niveau évidemment largement lié à la conception de la digue et à son système de protection contre l’érosion).

•Niveau de danger (s’applique au système de protection ou tronçon par tronçon avec dans ce cas celui du système qui est le plus faible de tous les tronçons) : Situation au-delà de laquelle la rupture de l'ouvrage est quasi-certaine.

C’est notamment le moment ou la hauteur d’eau et/ou les vagues créent une surverse sur un tronçon de digue non prévu à cet effet.

Les trois schémas ci dessous illustrent des différents niveaux sur un tronçon de digue fluviale (source R.Tourment)


Niveaux de protection-Fig1.jpg


Digue munie d’un déversoir


Niveaux de protection-Fig2.jpg

Digue en état imparfait et non munie d’un déversoir. Le niveau de protection apparent ne correspond fonctionnellement à rien car la digue risque la rupture avant la surverse, ce qui est à proscrire.


Niveaux de protection-Fig3.jpg

Digue en bon état mais non munie d’un déversoir.


Dans le domaine fluvial, on emploie régulièrement les mots "crue" en lieu et place de "niveau" ce qui peut introduire une ambiguïté car à une période de retour donnée peuvent correspondre différentes crues et donc des hauteurs d’eau différentes sur une même section du cours d’eau (figure 3.4). Nous nous en tenons donc ici aux notions générales de niveaux (différents de cotes ou hauteurs d’eau) données ci-dessus et largement reliées à la notion d’intégrité de la digue et à sa fonction de protection. Pour des raisons pratiques il peut être intéressant de rattacher le niveau à une échelle de crue qui fait l'objet d'une prévision de crue par le Service de Protection des Crues (SPC).

Il n'est pas illogique non plus, dans des applications locales, de faire référence à des événements, réels ou prédéterminés (crues ou niveaux marins), sur la base d'un hydrogramme ou limnigramme. Par exemple, le niveau objectif de protection ou le niveau objectif de sûreté d'une digue fluviale peut légitimement être fixé en considérant des crues historiques.


Rappel des liens accessibles sur cette page :

Références

CIRIA, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), United States Army Corps of Engineers (USACE), 2013. International Levee Handbook (ILH) (1350 pages)http://www.ciria.org/ILH

Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), 2015. Référentiel technique digues maritimes et fluviales, 190 p. Le téléchargement est disponible ici.


Pour plus d'information sur l'auteur : INRAE - UMR RECOVER - Equipe G2DR


Le créateur de cet article est INRAE - UMR RECOVER - Equipe G2DR
Note : d'autres personnes peuvent avoir contribué au contenu de cet article, [Consultez l'historique].

  • Pour d'autres articles de cet auteur, voir ici.
  • Pour un aperçu des contributions de cet auteur, voir ici.
Outils personnels