S'abonner à un flux RSS
 

Fosse septique (HU)

De Wikibardig

Traduction anglaise : Septic tank

Dernière mise à jour : 8/3/2020

Appareil de stockage souterrain permettant le prétraitement et le traitement primaire des eaux usées dans les installations d'assainissement non collectif.

Sommaire

Fosses septiques et fosses toutes eaux

On distingue les fosses septiques traditionnelles qui ne reçoivent que les eaux vannes en provenance de toilettes et les fosses septiques toutes eaux (ou simplement fosses toutes eaux) qui reçoivent l’ensemble des eaux usées domestiques. Les fosses septiques qui ne reçoivent que les eaux vannes sont aujourd’hui interdites en France (on ne peut plus en installer de nouvelles, mais les installations existantes sont tolérées).

Éléments d'historique

D'après Guerrand (1983), la fosse septique a été inventée par un certain Louis Mouras (personnage mystérieux qui n'a jamais été vraiment identifié) sous le nom de « vidangeuse automatique ». Le droit d'exploiter ce système fut acquis en 1881 par un breton, jésuite, au sens des affaires aiguisé, l'abbé Moigno qui en assura la distribution. Le système original était cependant très rustique (un seul réservoir en tôle galvanisée) et il a fallu attendre 1896 pour qu'un anglais, Cameron, perfectionne le dispositif sous le nom actuel de septic tank (fosse septique).

Structure et fonctionnement des fosses septiques

Une fosse septique ou une fosse toutes eaux se présente sous la forme d'un élément préfabriqué en béton ou en matière plastique, dont la forme est variable selon le fabricant. Dans tous les cas, elle est constituée d’au moins deux compartiments.

Figure 1 : Schéma de principe d’une fosse septique.

Le premier compartiment a pour but de permettre une décantation des matières en suspension contenues dans les eaux usées ainsi qu'une fermentation des boues (et, dans une moindre mesure, des matières en solution). La fermentation s’effectue grâce à des micro-organismes anaérobies et s’accompagne d’un dégagement de méthane, d’anhydride carbonique, de sulfure d’hydrogène, etc. Ces gaz doivent être évacués par une conduite spécifique terminée par un extracteur. Le deuxième compartiment n’est là que pour l’évacuation des eaux en empêchant le passage des boues décantées ou des matières flottantes.

Efficacité d'épuration

Les rendements moyens obtenus dans une fosse septique varient de 50 à 60% pour la DBO5, de 45 à 50% pour la DCO et de 65 à 80% pour les MES. Il ne s'agit que d'un traitement primaire et l'installation doit obligatoirement disposer d'un traitement secondaire. Voir Assainissement non collectif / ANC (HU).

Dimensionnement des fosses septiques

Il existe plusieurs méthodes de dimensionnement des fosses septiques. Voir par exemple https://www.oieau.org/ReFEA/fiches/FossesSeptiques/FSmethodesDimensionnement8.pdf ou https://www.fosseseptique.net/.

Le plus simple est de prendre comme référence le nombre total de chambres ou de pièces principales. On peut par exemple utiliser le tableau de la figure 2 :

Figure 2 : Volume minimal de la fosse septique en fonction du nombre de pièces principales à desservir.

Installation et entretien

La fosse doit être implantée dans un endroit accessible. Les tampons doivent être visibles et accessibles pour des vidanges. L’horizontalité de l’équipement est assurée par un lit de sable (10 cm environ), les remblais latéraux sont en matériaux meubles, surtout pour les fosses en plastiques. Il est nécessaire de procéder au remplissage de la fosse dès le début du remblaiement afin d’équilibrer les pressions, et avant les raccordements afin de ne pas altérer les joints s'il se produit un tassement.

Une vidange dès que les boues atteignent 50 % du niveau, ou tous les 4 ans est nécessaire.

Bibliographie :

  • Guerrand, R.-H. (1983) : La bataille du tout-à-l'égout. ; L'histoire ; n°53 ; pp. 66-75 ; février 1983.

Pour en savoir plus : https://www.fosseseptique.net/

Outils personnels